Seuls existent les commencements,
les aurores nouvelles,
qui nous tirent de nos nuits.
Être toujours voyageur de l'Aube.

dimanche 5 janvier 2020

109 — Le point. Final ? Ou pas ?

En ce début d'année, faisons le point.
Six billets publiés ces deux dernières années. C'est peu, c'est le moins que l'on puisse dire !
Ce bloc peut sembler en déshérence, mais il n'en est rien quant à son auteur. Bien au contraire. Ma quête spirituelle n'a jamais cessé. À condition de ne pas assimiler spiritualité et religion, comme souvent. S'ajoute une dimension mystique, quelque chose de l'ordre de l'expérience, ou plutôt de son analyse et du sens donné. Soit il s'agit du domaine du réel, soit il s'agit de celui du délire. C'est une question d'option.

J'ai relu quelques-uns de mes premiers billets. Aussi  la manière dont je commentais dans les premiers temps. Distant. Retenu. C'est intéressant à observer huit ans après. Et puis les contenus : beaucoup de démêlés avec la religion chrétienne. C'est en passe de disparaître quant à l'aspect outrancier. Je le considère comme un progrès spirituel.

Il y a les commentateurs. Certains, pas beaucoup, sont là depuis le début. D'autres ont disparu de même que leurs blogs. Que sont devenues toutes ces personnes ? Je ne saurai jamais. C'est comme une sorte de creux, un manque. Il ne reste que des traces anciennes. On ne sait jamais dit au revoir. C'est quelque chose de suspendu. C'est vrai aussi pour mes autres blogs, évidemment, et de la blogosphère en général. Mais, pour  celui-ci qui se voulait plus… profond… c'est une sorte de petite béance. Peut-être comme une nécessité ?

Alors la question se pose, sans encore s'imposer, quel avenir pour ce « voyageur de l'aube » ?
On change de décennie. C'est banal. La nuit du 31 décembre n'a pas inauguré un changement dans mon existence. Encore que… je n'ai jamais cru aux bonnes résolutions, pas plus qu'aux mauvaises. Mais nous avons besoin d'étapes, de jalons, nos vies ne sont pas de mornes continuités.

Alors quoi ?
J'ai créé ce blog « par besoin », ce que j'expliquais dans le premier billet. Avoir écrit si peu depuis deux ans ne peut que m'interroger ? Le besoin est peut-être assouvi.
Ou alors il faut autre chose, mais quoi ? Je n'ai nul souhait de me transformer en prêcheur ou quoi que ce soit de ce genre. Je n'ai strictement aucun message à délivrer au monde ! Je laisse cela aux prosélytes.

Clore ce blog est-ce couper une branche morte ? Ou serait-ce une branche encore vive qui doit se développer ?
Là est peut-être la bonne manière de poser la question.

21 commentaires:

  1. Michèle Jeunet06 janvier, 2020

    n recevant votre article ce matin, je m'apercevais que j'étais abonné à votre blog et qu'effectivement l'oubli venait de seulement 6 en deux ans!
    Cela m'a permis de lire les 2 derniers que j'ai aimé. J'ai envie de vous dire de continuer! même un par an, ça suffit. Ecrire, c'est divin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Michèle,
      Je ne m'attendais pas à vous voir par ici… j'ignorais que vous lisiez ce blog à l'occasion. Je retiens la fin : « écrire c'est divin ». Cela me donne à méditer.
      De mon côté il y a longtemps que je n'étais pas allé chez vous…
      cela m'a permis de découvrir « Oh my Goddess ». J'ai trouvé l'initiative intéressante en tant que telle. Ma préférence va à Noël – Estelle Meyer « revenir au grand utérus »
      CLIC ICI pour les commentateurs qui voudraient écouter.
      C'est moderne, contemporain, cela a beaucoup de sens. Une réussite.
      En revanche pour les autres textes récités, ils m'ont paru s'inscrire dans une continuité classique est déjà tellement rabâchée par ailleurs.
      J'aimerais que des femmes parlent « autrement » pour être plus audibles.

      Pardon de dire ainsi, mais vous connaissez mon franc-parler ! Cela n'enlève rien à la valeur de ces personnes bien évidemment. Mais il va probablement falloir trouver un ton novateur et juste comme la chanteuse et actrice citée. Mais enfin, je salue avec espérance l'initiative…
      soyez audacieuses Mesdames ! Ne vous obligez pas à être « théologiquement correctes » !

      Supprimer
  2. Pour ma part je regretterais que tu arrêtes ce blog. Ce n'est pas le nombre d'articles qui compte. Deux articles par an, quand il viennent de si profond, c'est bien... au moins pour tes lecteurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Christine, de passer donner ton avis. Je lis ce qui me sera donné et puis je discernerai.
      (Je réponds très prochainement à ton autre message)

      Supprimer
  3. moi aussi je trouverais dommage que tu mettes la clé sous le paillasson de ce blog!
    Un des rares à nous proposer une réflexion pertinente sur la "spiritualité"!
    Tes billets depuis deux ans, ont cessé d'être quelque peu revanchards et accusateurs de la religion catho. Dépassant cet aspect finalement un peu "enfantin" tu arrives à une écriture plus mûre, digne de toi!
    Et cette écriture me plait beaucoup, elle me nourrit, et je te remercie pour ça!
    Donc finalement cela me plairait que tu continues ici, sur ce ton certes différent de ton autre blog!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton avis. On verra bien…
      je ne qualifierai pas mes billets d'avant « d'enfantins ». Il est vrai que je n'aime pas ce jugement de valeur proféré. Ils étaient un cheminement vers la maturité spirituelle à laquelle je suis loin encore d'être arrivé. Ils témoignaient de la réalité de mon vécu et des atteintes graves qui ont été portées à l'intime de moi. Ça mérite bien d'être en colère ! Le viol spirituel ça existe ! Je ne regrette pas une seule ligne de mes propos. D'autant plus qu'ils avaient parfaitement leur légitimité. Ce n'est pas non plus le fruit du hasard si des milliers des milliers de personnes se sont enfuies…
      Qui plus est on ne peut pas réduire 8 années d'écriture au vocable « enfantin » ! Il y avait bien d'autres choses que des enfantillages…
      Tu as le droit de les relire !

      Supprimer
  4. Alainx. Je te lis ici souvent en silence... j'apprécie ta réflexion sur la spiritualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire. Te voilà quelque peu sortie du silence ! ;-)
      Parfois quelques mots suffisent pour montrer que l'on a été intéressé(e)…

      Supprimer
  5. Bonjour AlainX, je fais aussi partie des lecteurs silencieux. J'aime le silence. Et lire tes mots, c'est comme savourer du silence et entrer dans une dimension plus vaste. Tes réflexions sont posées, inspirantes. J'ai aussi beaucoup aimé les articles de 2019. Ce serait vraiment dommage de refermer ce puits où l'on peut venir puiser un peu d'eau pour étancher sa soif de spiritualité. J'aime en outre la façon dont tu parles de Jésus, l'homme, le nazaréen, celui qui parlait araméen et aimait la vie, le boire et le manger, la compagnie des hommes et des femmes, quand bien même d'autres leur jetaient la pierre. En silence je me retire. Suis ce que te dicte ta petite voix mais sache que je fais moi aussi partie des suiveurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que les artistes aiment le silence !
      Il est vrai que je parle de Jésus quelque peu « autrement » que la manière habituelle où on l'entend dans les églises, ou dans certains ouvrages religieux.
      Je peux difficilement imaginer Jésus comme n'aimant pas la vie dans tous ses aspects. Comment pourrait-il attirer les foules sans un fort charisme ? Une parole novatrice ? Des actes signifiants ? Une joie de vivre et un amour des gens…
      Bien sûr qu'il y a aussi de la gravité, de la profondeur, de la puissance de l'essentiel. Ce n'était pas un fêtard au sens habituel.
      Et c'était aussi un silencieux, méditatif, un artiste dans son genre…
      Et peut-être surtout un libérateur de la vie…
      Sinon je vois pas pourquoi il aurait de l'importance dans mon existence…

      Supprimer
  6. Coucou, Alain,
    Comme je suis probablement une des personnes les moins habilitées à commenter ici (pas douée en religion, pas vraiment non plus en spiritualité, pas tentée par les guides en tous genres), j'ai longuement hésité à t'écrire. Mais je désirais quand même t'inviter à poursuivre ton écriture sur les questions de sens.
    En fait, en commentant, je voulais seulement te dire : " et si tu suivais ta petite musique ? et si tu te fiais à ton intuition ? si tu suivais ta route, sans trop interroger les autres, mais en donnant la priorité à ce que tu sens au fond de toi?" Je voulais t'inviter à continuer d'écrire si tu en ressens le désir. Oui :" suis ton désir, ton plaisir, ta voie et s'ils te disent de continuer, continue!" Et ensuite, supposons que, sur cette voie, une - rien qu'une seule - personne soit touchée par ce que tu écris (te lise, te suive, t'apprécie) eh bien... ce serait déjà largement suffisant.
    Donc, j'arrive aujourd'hui pour t'adresser ces mots et je découvre... un nouveau billet. Ce qui signifie que je n'avais pas besoin de t'écrire. Ce que je voulais te dire, tu l'avais déjà intégré et métabolisé.
    Je recompose donc mon commentaire et je le modifie de la manière suivante : continue! persiste! et que les vents (y compris les contraires) te soient favorables!
    (du reste, je lève les yeux et j'aperçois trois voiliers blancs qui dansent sur la surface turquoise du lac, poussés par une douce brise, et ils sont pleinement d'accord avec moi!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, je me réjouis que tu ne sois pas restée dans l'hésitation. Pas besoin d'habilitation pour commenter chez moi ! Pas besoin de croyances, de spiritualité. Juste l'intérêt pour l'autre ce qu'il vit et ce qu'il a envie de partager sur le chemin de la vie. Et si possible, quelque chose qui soit de l'ordre de la recherche du sens.
      Qu'importe lequel, c'est open bar, sauf que je n'ai rien à vendre à personne…

      J'aime beaucoup ton blog qui donne à penser, à ressentir, à se laisser interpeller. Peut-être beaucoup plus que tu ne le crois. Quand bien même je ne laisse pas toujours de commentaires.

      Je tente ce que tu dis. Suivre la petite musique intérieure. Je ne suis pas sorti de cet axe. Mon interrogation est ce que je dis à la fin. Et en effet, au fil du temps le partage à travers les commentaires semblent avoir fait du bien un peu à tout le monde. Moi compris évidemment. Je ne regrette pas ce billet, parce qu'il m'a relancé, alors que je croyais être au bout de quelque chose.
      Tu as tout à fait raison, même si une seule personne est touchée, cela en vaut la peine. Et même si je n'ai nulle intention prosélyte. J'écris pour partager la vie. Si possible la vie intérieure. Enfin ce qui anime les cœurs. Pas plus compliqué que ça.
      D'ailleurs si on fait du prosélytisme c'est pour rallier à une boutique ! Je n'en ai aucune ! C'est à la fois un choix et un manque.
      À moins que ma boutique ne soit ce blog ?
      Merci grandement d'être venue lire et écrire.

      Supprimer
  7. À chaque fois que je vois une nouvelle publication ici, mon coeur se réjouit. Je sais que ce sera un régal ! Pour moi, qu'il s'appelle Jésus ou d'un autre nom, n'a aucune importance. La seule chose qui m'intéresse moi, c'est d'en entendre parler. Et toi tu parles avec une profondeur rare de l'amour qui m'habite, parce qu'il t'habite aussi et que tu a le don de m'en faire entendre la musique. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup de ce que tu dis. Je crois aussi que l'amour qui nous habite est également éveillé par un amour comparable chez un autre. Comme un phénomène de subtile émulation.
      Je sens combien nous sommes à la fois très différents et très ressemblants, toi et moi.
      En même temps, tu me connais plus que je ne te connais. Peut-être un jour ouvriras-tu un blog… on ne sait jamais, tout peut arriver ! ;-)

      Supprimer
    2. Tu es la deuxième personne, dernièrement, qui me parle d'ouvrir un blog. Je n'ai pas la capacité d'écrire des textes de la même qualité que toi et Coumarine, et plusieurs autres; mais, un blog me permettrait de traduire en mots très simples les découvertes que je fais chaque jour sur le chemin. C'est lorsque la lumière plonge sur un point précis qu'il est temps de faire le tour de la scène ainsi éclairée afin d'y puiser au maximum l'enseignement et l'écriture peut aider je pense. Alors oui c'est possible, quoique je ne m'y sente pas prête pour le moment. kéa

      Supprimer
    3. Qu'est-ce que cela veut dire « la même qualité d'écriture » ?
      Tu as une qualité d'écriture : la tienne ! Je le sais depuis le temps déjà quand même assez long où je lis tes commentaires ici ou ailleurs. Tu as des fulgurances. Tu m'as donné à réfléchir et à avancer.
      L'écriture peut aider pour soi, l'écriture peut aider lorsqu'elle se partage, l'écriture peut faire du bien à d'autres, non pas parce qu'on le voudrait, mais parce que c'est ainsi.
      Tu sais exprimer la vérité de toi avec des mots qui touchent et qui sont justes.

      Pas prête ?. Et si tu essayais quand même ! Comme on dit que « l'appétit vient en mangeant » (expression française qui a peut-être court chez vous…).
      Bon, c'est vrai, j'ai des attentes… et a priori je ne serai pas seul à en avoir…
      c'est quand même un signe ! Non ?
      ;-)
      quoiqu'il en soit j'ai toujours grand plaisir à partager avec toi et à recevoir ce que tu donnes.

      Supprimer
    4. Oui manger peut attiser la faim... parfois. Mais je suis plus du genre à attendre que la faim se présente d'elle-même. Là j'ai une petite faim... pas encore suffisante pour sortir les outils de cuisine. Merci pour tes encouragements toutefois. kéa

      Supprimer
  8. Ne ferme jamais ce blog: c'est une ouverture... vers,comment dire,vers ce que je cherche sans savoir vraiment ce que je cherche . Ce que je sais, c'est que c'est du plus haut, du plus grand , du plus que mon petit moi.C'est comme si je cheminais avec toi en te lisant. Je suis curieuse, impatiente toujours de te lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois comprendre ce que tu dis. C'est un peu ce qui s'est passé lorsque j'ai rencontré mon « maître à vivre », exactement ce que tu dis dans ta première phrase de cette ouverture…
      cet homme m'a ensemencé. C'est comme ça. Je ne fais que cueillir et proposer les fruits que j'en récolte.

      Supprimer
  9. Bah tu vois... quand ça faisait longtemps que je ne suis pas passé... je vois que j'ai un tout petit peu de lecture à rattraper et je suis ravie que ce blog soit toujours là :-)

    J'espère que tout va bien pour toi et tes proches en cette période où on peut avoir l'impression de vivre dans un espace-temps assez particulier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela fait plaisir de te revoir. J'espère que tu donneras de tes nouvelles par ailleurs.
      Les temps sont en effet très particuliers. Pour moi ça va, sur le plan santé. Il y a quand même quelques « dégâts collatéraux » pour la bestiole en fauteuil roulant que je suis, question soins de ce côté… mais bon ! On patientera…

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser à : alainxenreve (at) yahoo.fr
Merci.
Je le publierai en votre nom.