Tentative éphémère et provisoire, à partir de ma seule petite expérience de vie,

de relater « la question de l'Homme » sous l'angle de « la spiritualité »,

telle qu'elle n'a cessé de voyager en moi de l'aube jusqu'au couchant

-------


" Les gens sont comme des vitraux. Ils brillent tant qu'il fait soleil, mais, quand vient l'obscurité, leur beauté n'apparaît que s'ils sont illuminés de l'intérieur." — Elisabeth Kubler-Ross

"« De même qu'il y a un objet matériel derrière chaque sensation, de même y a-t-il une réalité métaphysique derrière tout ce que l'expérience humaine nous propose comme réel. » - Max Planck.

« Une force qui est, qui ne peut pas être seulement de nous, mais qui ne peut pas être sans nous. Cela c’est de Dieu. - Mais je ne sais absolument rien de Dieu je sais seulement qu’il y a quelque chose en moi qui monte. C’est une trace, un chemin, un parcours toujours nouveau. » - Marcel Légaut

jeudi 10 janvier 2013

39 - Les choix de Dieu


Dieu choisit, nous dit-on dans les écritures, à bien des endroits.
Dieu choisit un peuple élu : Israël ; Dieu choisit d'envoyer son fils, et à travers lui il choisit des apôtres ; beaucoup de personnes témoignent avoir répondu à un appel de Dieu sur leur vie ; etc. 
Autrement dit : une adhésion à un choix de Dieu.



Jésus déclare : « Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire » (Jn 6:44)
Donc, il ne s'agit pas de répondre à une demande, encore moins d'obtempérer à un ordre, mais il s'agit de Désir, d'attirance.
Je ne vois guère d'autre comparaison qui tienne que le désir humain, dans ce qu'il a de plus fort et de plus noble.
Il me semble que cette partie de la phrase : « si le père ne l'attire » est à double détente, à double mouvement :
— le Père attire à lui l'humain, par choix, par désir divin.
— L'humain attire à lui le Père, parce que son propre désir est aussi attirance vers lui.
Sinon, ça ne peut pas fonctionner, si c'est dans une seul sens ! On serait alors dans l'esclavage et au mieux dans le service volontaire.
Or, Jésus dit également : « Je ne vous appelle plus serviteurs, Je vous appelle mes amis »  (Jn 15, 15)
Changement de perspective !
À condition sans doute de s'entendre sur le mot ami, c'est-à-dire cet attachement privilégié entre deux êtres, fondé sur une totale réciprocité d'amour et de confiance, et dans le respect tout aussi total de l'identité de chacun.
Dieu, où Jésus, n'est pas mon pote, mon poteau ou mon égal, encore moins mon comparable, mon semblable, un même comme moi. Il demeure l'Autre, Tout Autre, mais il est celui qui m'aime et que j'aime.

Je ne sais pas vraiment si je théorise, ou si je parle de ce que je vis.
Cela tient un peu des deux.
Mais il me semble que c'est une perspective vers laquelle j'avance. 
Lentement. Très lentement. 

C'est à la fois une aspiration, parfois un rêve, et c'est en même temps une sorte de certitude profonde qui me constitue, mais à laquelle je suis loin encore d'adhérer totalement.

12 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Dieu nous attire, Dieu nous choisit dis tu!
    Je me souviens quand une de mes filles tentait d'avoir un enfant, et qu'il ne s'est jamais annoncé...
    Oui je me souviens de m'être dit que cet enfant improbable n'était pas CHOISI par Dieu...
    Cela m'a fait mal...
    Bon c'est dit en très raccourci évidemment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le Voyageur11 janvier, 2013

      Je saisis mal le sens de ton commentaire…
      Si la réalité ne répond pas au désir, l'enfant espéré n'a aucune existence. Dès lors je n'arrive pas à comprendre ce que tu veux dire par : « cet enfant improbable n'était pas CHOISI par Dieu... », Puisque enfant… Il n'y a pas …
      Sans doute veux-tu exprimer quelque chose d'une autre nature. Mais quoi ?
      Je constate surtout une souffrance. Mais où s'origine-t-elle ?

      Supprimer
  3. - le père attire à lui l'humain, par choix, par désir divin
    - l'humain attire à lui le père parce que son propre désir est aussi attirance vers lui.

    Un jour j'ai entendu une voix, pas physique, je dirais une voix sans voix qui m'a dit
    "Tu es venue parce que je suis venu. Je suis venu parce que tu es venue"

    Depuis ce temps je sais que je suis pris soin en tout, pour tout.
    Maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le Voyageur11 janvier, 2013

      Merci de confier cette expérience d'une parole reçue.
      Je crois bien comprendre ce dont il s'agit, ayant une expérience semblable.
      (j'évoque cela dans les textes 27, 28,29)
      ce qui « ratifie » c'est la transformation, celle que tu indiques dans : « depuis ce temps… »

      Supprimer
    2. J'ai lu les textes 27, 28, 29 et ce que tu dis met en mots beaucoup de ce qui s'est passé pour moi.
      "Tout est changé et rien n'est changé" c'est tellement ça.
      "Une phrase qui n'est pas de moi mais qui se dit en moi. Ce fut à la fois intense et ordinaire." Et encore c'est tellement ce que j'ai senti.
      "Qui est le donateur?"
      Je n'en sais rien mais on dirait qu'il fait partie de moi...
      Je suis bien contente d'avoir lu ces textes. merci! Maty

      Supprimer
    3. le Voyageur12 janvier, 2013

      Et moi je suis bien content que tu te sentes rejointe.

      Supprimer
  4. Ce que tu écris: - "le père attire à lui l'humain, par choix, par désir divin
    - l'humain attire à lui le père parce que son propre désir est aussi attirance vers lui"
    Là je suis tout à fait d'accord avec toi.

    je le dirai un peu autrement: il y a un dieu qui désire être aimé et qui a plein d'amour à donner, il y a un homme qui désire recevoir cet amour. (C'est Bettelheim qui parle de mutualité: un enfant qui a faim et a besoin d'être nourri et une mère dont le sein est plein et qui a besoin d'être soulagée).Cela crée une relation de mutualité (donc qui permet la liberté).

    Et c'est parce que la relation est dans la mutualité qu'elle est vivante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Voyageur12 janvier, 2013

      cela me va bien la manière dont tu complètes mes propos.
      MERCI

      Supprimer
  5. Je comprends bien tout ce que tu écris...Et cela doit être merveilleux ce que tu vis. J'en suis quant à moi à chercher en l'humain l'Autre. Forcément cet humain me déçoit un jour ou l'autre... et je crains de vouloir d'abord chercher une réponse à mes frustrations d'absolu non comblées.
    Mais parfois je découvre chez un humain une parcelle de cet "Absolu" et cela est déjà une grande belle découverte qui rend heureux.
    C'est comme si parfois celui que j'aurais bien voulu voir comme un dieu et mettre sur un piedestal me remettait les pieds sur terre en me faisant prendre conscience qu'il est comme moi cad imparfait et surtout impuissant face à mon désir trop grand...
    C'est comme s'il me disait: va voir ailleurs, plus haut , plus loin.
    Un jour quelqu'un m'a dit:" Vous voulez tout"
    Je ne sais comment je dois prendre cette affirmation. Et quel est ce "tout"?
    Peut-être a-t-il à voir avec Celui dont tu parles.
    Je me fais penser au dialogue entre la Samaritaine et Jésus .Jésus lui dit:"Donne moi à boire"
    Dans mon cas c'est moi qui dirais à Jésus :"Donne moi à boire j'ai soif"
    Et paraît -il l'eau qu'il me donnerait à boire ne me donnerait plus jamais soif...
    Je crois que j'aimerais toujours avoir soif.
    Je veux tout! comme me disait l'autre!




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Voyageur13 janvier, 2013

      Perso, dans ce cas là je me demande : POURQUOI... "Forcément cet humain me déçoit un jour ou l'autre".
      Parce que, évidemment si on veut voir un humain .... "comme un dieu" (ou espérer le voir ainsi un jour)... Ça va pas l'faire, ... comme disent les jeunes !

      Quand à ce "vous voulez tout", je trouve ça très interpellant !
      Et puisque tu associe avec la Samaritaine, ce n'est pas par hasard peut-être....
      Mais dans tes citations, tu ne vas pas au bout de l'histoire !
      Car (je parle pour moi !!) la suite de la phrase est la plus importante...
      Pourquoi plus jamais soif ? (au sens de ce "je veux tout".... qui relève de la pensée magique)
      parce que, dit le type nommé Jésus :
      ".... l'eau que je lui donnerai deviendra en lui source d'eau jaillissant en vie éternelle."

      "deviendra EN LUI SOURCE"

      Plus besoin de courir au puits tout le temps, jour après jour et s'y "épuiser".... au sens premier du mot : devenir stérile.
      C'est pour moi un TOTAL renversement de perspective.....
      passer du "je veux tout" au "j'ai tout"....


      Supprimer
  6. J'aurais besoin d'une consultation chez toi !!!
    ou la question ne pourrais je pas devenir mon propre thérapeuthe ?
    C'est vrai que c'est épuisant d'avoir toujours soif ...Et si je me trompais parfois de puits.
    Merci pour tes éclaircissements.

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser à : alainxenreve (at) yahoo.fr
Merci.
Je le publierai en votre nom.