Tentative éphémère et provisoire, à partir de ma seule petite expérience de vie,

de relater « la question de l'Homme » sous l'angle de « la spiritualité »,

telle qu'elle n'a cessé de voyager en moi de l'aube jusqu'au couchant

-------


" Les gens sont comme des vitraux. Ils brillent tant qu'il fait soleil, mais, quand vient l'obscurité, leur beauté n'apparaît que s'ils sont illuminés de l'intérieur." — Elisabeth Kubler-Ross

"« De même qu'il y a un objet matériel derrière chaque sensation, de même y a-t-il une réalité métaphysique derrière tout ce que l'expérience humaine nous propose comme réel. » - Max Planck.

« Une force qui est, qui ne peut pas être seulement de nous, mais qui ne peut pas être sans nous. Cela c’est de Dieu. - Mais je ne sais absolument rien de Dieu je sais seulement qu’il y a quelque chose en moi qui monte. C’est une trace, un chemin, un parcours toujours nouveau. » - Marcel Légaut

samedi 23 novembre 2013

63 - La proximité


(ce texte fut écrit juste après le billet " la crainte", mais je ne le publie qu'aujourd'hui - En le relisant je réalise combien il a "alimenté" les deux autres billets : - 61 - et  - 62 - )



La sensibilité aux oeuvres d'art inspirées de scènes de la Bible — et il y en a des centaines de milliers — n'est pas très vivace, au sens de m'éveiller à mes profondeurs. Je peux apprécier le talent de l'auteur, la beauté de la scène, etc. mais une oeuvre qui fasse « sens pour moi », qui me rejoigne loin en moi, c'est assez rare.
Il en va ainsi de la sculpture de la cathédrale de Chartres appelée : « Adam dans la pensée de Dieu ». J'en ai une photographie dans mon bureau, elle est au ras du sol, derrière une table basse. Elle n'est pas dissimulée, mais il faut porter le regard à cet endroit pour la voir. C'est volontaire de ma part. Car cette sculpture symbolise quelque chose de mon intimité avec le divin.
— Les deux visages sont à la même hauteur
— la position des corps faits que Dieu est « en avant ». Dieu devance Adam. Il ne tient pas l'homme pour son égal, mais il ne le rabaisse pas non plus.
— Ils ne sont pas face à face pour un dialogue. D'ailleurs Ils ne parlent pas.
— Dieu, de la main « montre », Adam regarde, il semble que son regard est à la fois tourné vers Dieu et tourné vers ce que Dieu montre.

J'ai cette photo depuis plus de 25 ans je crois. Je l'ai achetée dans une boutique proche de la cathédrale. Je n'ai même pas vraiment le souvenir d'avoir vu la sculpture en vrai. Mais, l'achat s'est imposée instantanément. J'ai pensé quelque chose du genre :
— C'est exactement ça !
Et j'ai été remué jusqu'au fond de moi-même.
C'est pour ça que je ne peux « exposer » cette photo montée sur bois. Il me faut la mettre dans un endroit à la fois visible et secret. Elle touche bien trop à la profondeur de l'intime.

C'est ainsi que je vois ma proximité avec le divin. Cette relation-là n'est pas amour de face à face, tel que peut-être celui des amants. Il n'est pas ordonné à lui-même.
Il montre (dans le geste divin) que tout est donné à l'homme. Il montre (dans l'attitude d'Adam) que ce don ne s'accomplit que si Adam le désire du plus profond de lui-même. Le geste invite à l'engagement et au don. 
Don de Dieu-Source ; don de l'Homme-Engagé.

Alors, cela rejoint mon humanité.
Parce que c'est cela au fond qui aura été et essaye de demeurer le sens de ma vie : coopérer à un monde plus humain, concrètement. Parce qu'il me semble que c'est là le chemin d'une possible divinisation, qui est sans doute le sommet vers lequel l'être humain peut désirer être conduit. Chemin sans aboutissement, sans but atteignable, et pourtant Chemin de toutes les rencontres et de l'existence, au point que le Fils de l'homme dira : — Je suis le Chemin".

Or, pour cet accomplissement, à condition qu'on fasse ce choix-là (et chacun est totalement libre de le faire ou non) il faut nécessairement une reliance à la fois avec le divin, et à la fois avec les autres hommes qui nous entourent concrètement, que ce soit par choix effectif, ou parce que la vie nous les apporte.

La reliance humaine, je la connais bien. J'ai appartenu à de nombreux « collectif », labellisés ou non, mais qui avaient toujours le même objectif d'un monde meilleur par la transformation intérieure de personnes. À commencer par soi-même. Surtout par soi-même. Sinon c'est du verbiage idéologique.

La reliance divine, cela a toujours été plus complexe. Il y a des gens qui savent et s'efforcent de brouiller les cartes. Quand ce sont des « gens d'église », c'est ce que j'ai pu rencontrer de plus lamentable. Quand ce sont d'autres, c'est toujours plus facile pour moi de mener des combats dans lesquels j'ai laissé parfois plus que « des plumes ».

Aujourd'hui, alors que je voyage à l'aube de mon ultime parcours, s'en vient un peu plus chaque jour le temps d'une certaine radicalité, le temps des choix sans retour arrière, parce que c'est un chemin de plus grande paix intérieure, et que j'ai l'expérience de la valeur cette parole de Jésus :
— « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n'est pas fait pour le Royaume de Dieu. » 
Le Royaume au sens des paraboles comparatives qu'emploie Jésus : le Trésor, la Perle, le Grain de sénévé, etc…. Le Royaume intérieur en quelque sorte… Ce n'est donc pas une injonction, ni une menace, mais un constat de choix offert avec la mise en garde qui s'y attache. C'est comme dire :
— Quiconque veut faire du sport, mais ne s'entraine jamais, n'est pas fait pour faire réussir son équipe.

Alors bien sûr, tout est fait dans ce "monde-ci" pour nous détourner du chemin du Monde intérieur où le Trésor qui nous habite produit des fruits en abondance. Mais on n'est pas obligé d'y croire. Heureusement, fort heureusement ! On peur rester desséché et assoiffé…. D'ailleurs on ne voit que ça dans ce monde occidental  dit "d'abondance"… Des êtres sans balises, repères, sens, et ampleur de vie… Déjà morts sur leurs profits et leurs biens accumulés.
Des êtres dont la "terre intérieure" est aride comme le plus aride des déserts….

Si vous saviez comme cela me désole…..
Et comme j'y appartiens encore bien trop ...

17 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas cette sculpture. Or moi j'y vois comme le Fils et l'homme qui sont comme imbriqués l'un dans l'autre, en tous cas pas le Dieu créateur de la Genèse, mais le Dieu incarné qui crée et qui se laisse aussi créer. Je lis tout ce que tu écris et je m'en réjouis. Merci Alain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut voir en effet : Le Fils et le Père.... Le Fils de l'homme est aussi appelé "le nouvel Adam" me semble-t-il ?
      Pour ma part j'aime y voir l'homme ordinaire, chacun de nous, ... moi aussi donc ! .... dans cette sorte de relation intime secrète et mystérieuse avec Dieu (mais comme tu le dis PAS celui de la Genèse...).
      Cette proximité étant comme un possible espéré, avec Celui qui demeurera à la fois si proche et si lointain, saut sans doute à l'entrevoir par le Fils de l'homme....

      Merci fidèle lectrice !

      Supprimer
  2. Saisissant cet écrit ; je ne connaissais, pas cette oeuvre d'art !
    ."Adam dans la pensée de Dieu." et pourquoi pas Jésus (incarnation du Père, Fils de l'Homme) et l'être humain, c'est à dire chacun de nous , invité à suivre La Parole de Vie.
    "Le geste invite à l'engagement et au don. Don de Dieu-Source ; don de l'Homme-Engagé" . C'est exactement cela que dit Jésus quand il invite l'homme riche qui cherche le Royaume éternel : "Va,viens et suis moi! "
    Il y a d'ailleurs une parole d'évangile qui est imprégnée très fortement en moi, celle de Jésus disant " Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie".
    Oui, je crois qu'il y a une invitation donnée à chacun d'entre nous ,une invitation à plus d'amour les uns envers les autres mais il faut d'abord commencer par se donner soi-même ce droit à la vie et à l'amour, s'affranchir de nos peurs pour marcher vers cette liberté qui nous est offerte .
    C'est en faisant notre introspection qu'on progresse vers cet intime qui nous habite et qui est relié au divin, encore faut-il faire le choix de se reconnaître riche de quelque chose qui nous échappe, sûrement "le plus que moi en moi"! cela change notre regard sur l'autre et nous permet d'entrer en fraternité.
    Notre humanité est encore loin d'être habitée par la soif et la faim d'être et non d'avoir. C'est surtout cela qui est désolant. mais nous sommes conviés à être une pierre sur ce chemin et à semer en partageant les expériences qui sont nôtres.Ne serions-nous pas , chacun à notre rythme, chacun à notre place, l'expérience de Dieu sur cette terre.? Les balises , ce sont nos témoignages !
    Merci pour le tien . Je suis d'autant plus touchée par tes écrits que je viens de lire ton livre "Le passage se crée".
    Brigitte


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pourquoi pas Jésus.... comme disent d'autres...
      Je te rejoins, la liberté n'est pas un cadeau offert de type "pré-à-consommer".... Ça me fait plutôt penser aux maquettes de bateaux et d'avions à monter soi-même, que j'avais enfant en cadeau, et qui me faisaient transpirer durant des jours !! (*sourire*)

      Je crois en effet à la valeur du témoignage de vie. Parce que j'en ai l'expérience dans ma propre existence - des personnes qui ont marqué ma vie, et m'ont comme "appelé" à des avancées, des changements, des orientation nouvelles.
      C'est sans doute pour cela qu'il m'est arrivé de témoigner moi-même en essayant de ne pas dévier de ma propre expérience.
      Pour ça aussi, probablement, et sans m'en rendre compte vraiment, que j'ai écrit le livre que tu as lu...
      (à ce propos si tu as quelques remarques plus personnelles à me donner... une zone en haut à droite de ce blog le permet !!! :-) )

      Supprimer
  3. @ COUMARINE : désolé, j'ai supprimé ton commentaire par erreur.... Où tu donnais la référence pour une autre photo de cette sculpture et à propos de Dieu tu disais : n'est ce pas Jésus ?
    ----
    Ben.... je ne sais qui a donné le nom à cette sculpture...
    Ensuite, chacun "voit" ce qui le rejoint ou projette ce dont il a besoin.... comme pour toute oeuvre d'art....
    Quoiqu'il en soit, je trouve que le tailleur de pierre a été inspiré....

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir,
    le visage de l'un comme une ébauche de l'autre ou encore, le visage de celui qui est devant comme le visage abouti de celui qui est en arrière. De plus, j'imagine que selon l'angle de vue, la ressemblance sera plus ou moins perçue. Et voila, à partir d'une photo, un pan entier d'anthropologie (chrétienne).
    nicole 86

    PS 1 je suis à la recherche de photo NB de sculptures romanes (ou autres)
    PS 2 je ne parviens à commenter qu'en restant anonyme







    nicole 86
    PS 1 : je suis à la recherche de photos NB de sculptures romanes ou autres ...
    PS 2 je ne parviens à poster qu'en restant anonyme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anthropologie chrétienne, en effet.
      Comme quoi l'art est nécessairement le reflet d'une culture.

      Pour les photos, tu devrais certainement trouver ça sur Internet…
      Pour poster des commentaires, normalement tu as divers options dans la rubrique :
      « répondre en temps que :… » Juste en dessous de la fenêtre de commentaires.
      Mais il arrive que chez Blogger l'enregistrement des commentaires ait des ratés....

      Supprimer
  5. Désolée pour cette répétition et ce grand blanc

    RépondreSupprimer
  6. http://www.flickr.com/photos/44425842@N00/8621246471/
    je remets donc le lien vers cette photo prise sous un angle légèrement différent: là les deux personnages sont très très proches physiquement
    (merci pour ce beau billet...)

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,

    J'ai trouvé ce commentaire qui accompagnait cette photo.

    "Elle figure au portail nord de Chartres, dans la présentation de l’œuvre créatrice qui en occupe les deux voussures les plus extérieures. Le Créateur, placé sur la première, est représenté assis, avec le nimbe cruciforme, renvoie au prologue johannique, qui met au commencement le Verbe, venu en notre histoire, lui en qui tout a été fait, car en lui est la vie (Jn 1, 1-3)… Ainsi se couronne l’œuvre créatrice, au sixième jour, avec l’homme à l’image et ressemblance de Dieu, homme et femme. Le génie de l’artiste chartrain a été de faire paraître, à droite du visage de Dieu, celui d’Adam, jeunesse du Créateur, la tête légèrement tournée vers l’homme, comme si c’était par son regard qu’il voyait l’avenir. Ce qui s’y annonce est l’image visible du Dieu invisible, Jésus vers lequel Paul tourne le regard du croyant, en la patiente contemplation où se modèle son visage unique de fils". http://www.jesuites.com/2012/01/sens-spirituels-marty/

    Cette photo a le don de projeter nos convictions vers l'avenir...

    Rott

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Rott, pour ces références, Et bienvenue sur ce blog.
      J'aime bien ta dernière phrase.

      Supprimer
  8. Sur un des premiers portiques de la basilique de Véselay il y a une sculpture de Jésus portant sur son dos Judas( quel veinard!) C'est une sculpture très discrète qu'il faut vraiment chercher pour la rencontrer.
    J'aime beaucoup. Je ne la trouve pas sur internet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quel "sens" donner à cette sculpture....
      Judas : "traitre à l'insu de son plein gré" !

      Supprimer
  9. Oui, cette sculpture est puissante. Je me vois surtout dans Adam et l'autre personnage (si je peux le dire ainsi) représente ce qui m'habite déjà et auquel j'aspire à m'unir.
    Il y a un insecte, si ce que j'ai entendu est vrai, qui a le pouvoir de transformer l'autre en ce qu'il est lui-même. C'est ce que je vois dans ce tableau. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressante vision/perception....
      Il y a sans doute quelque chose de l'acceptation d'être transfusé...

      curieux cette histoire d'insecte... ?

      Supprimer
  10. Je te le dis comme je le sens... cette histoire d'engagement et de don dont tu causes... pour moi , et c'est encore diffus, je le ressens en premier lieu comme un engagement originel de l'âme qui nous habite et dont le but de l'incarnation humaine est d'apprendre, de s'améliorer avec humilité... il me semble qu'une vie humaine c'est trop court... et je crois dans des cycles de réincarnations...pour un jour enfin revenir à la Source et u demeurer pour l'éternité... Bref cet engagement, chacun y plonge plus ou moins tôt, (voir jamais) lorsqu'il réalise la présence de cette âme en lui. Comment exprimer cet indicible sensation de quelque chose de tellement plus dense, plus fort, plus beau que l'affligeante "moutonnade" à laquelle tant d'entre nous sont les adeptes inconscients? Comment exprimer ce sentiment profond d'une dimension tellement plus créatrice, plus vivante, plus... les mots me manquent- et qui de fait nous fait lever les yeux au ciel de la plus évidente façon qui soit...

    Je ressens cet élan d'engagement depuis si longtemps... hélas la jeune âme que je suis, s'est laissée bien trop souvent prendre dans les filets de l'ego blessé et du mental pervers ;) mais l'engagement demeure, et aujourd'hui bien plus éclairé. Merci pour cette réflexion si personnelle et intime que tu nous partage ici Alainx :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce plus fort et plus dense s'exprime à la fois difficilement et à la fois simplement, parfois. Mais son ampleur et sa profondeur sont peu accessibles en compréhension à qui n'en a nulle expérience, pour de multiples raisons, à commencer par l'absence d'attrait pour cette dimension de soi et plus que soi, et l'attirance que tu soulignes pour "les paillettes" qui éblouissement nos yeux... avant de les brûler...
      Et en plus c'est source de confusion... Confondant profondeur, force intérieure, avec exploits ! quand ce n'est pas avec célébrité et honneurs !
      la Source n'est pas fleuve impétueux, elle n'est pas l'Amazone, le Mississippi, ou la Volga, mais un ruisseau aux ramifications infinies.
      Alors l'exprimer, c'est peut-être en vivre... (essayer d'en vivre...) dans l'ordinaire des jours. "L'élan d'engagement" comme tu dis. Et là, nul besoin d'exploits ! si ce n'est celui du quotidien donné, même bien maladroitement, mais donné quand même... à la petite mesure de ses possibles.

      Dans ces petits actes d'incarnation humaine il est possible de "s'améliorer avec humilité" (selon tes mots, et j'aime bien....)
      Merci pour ce beau commentaire.

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser à : alainxenreve (at) yahoo.fr
Merci.
Je le publierai en votre nom.